Comment Faire Pour Apprendre à Jouer Efficacement avec une Platine DJ ?

N’hésitez à consulter notre comparatif ici : meilleure platine dj

Vous désirez apprendre à mixer ? Vous souhaitez acquérir des platines DJ ? Or, vous n’y connaissez pas grand-chose ? Comment apprendre à jouer sur une platine DJ ?

apprendre mix

Les platines vinyles ou CD sont des appareils pouvant correspondre à tous genres de DJs : du novice au professionnel. Le niveau d’un DJ ne dépend pas uniquement de son matériel, et chacun peut tirer profit des platines à sa façon. Certains artistes préfèrent mixer sur platines vinyles pour profiter du « grain » du son spécifique à ce support tandis que d’autres vont se servir des platines CD pour les options avancées qu’elles proposent. Cela peut par exemple être le pitch à +/- 50% par exemple, ou encore le « Master tempo ».

Quel est le vocabulaire du DJ ?

Voici quelques définition qui vous aideront tout d’abord à bien cerner l’univers du DJ et donc de la platine DJ :

DJ : Il s’agit de l’acronyme DJ signifiant Disco Jockey. Cette personne n’est autre qu’un animateur diffusant de la musique. Ce dernier peut également être producteur de ses propres créations. Sachez qu’il y a trois manières majeures afin de jouer de la musique comme disco jockey.

Sélection : On nomme cela les DJ sélecta, ce qui veut dire : « enchaîner des disques », quelquefois pouvant même être avec des voix ou des tempos différents, tels qu’en Ragga ou même en variété Française. Dans ce but, les Dj font des « Playlist ». En outre, Serato possède un site dédié afin de les publier automatiquement à la suite d’un un mix.

Mix : Ce dernier est plus présent dans la musique électronique, puisqu’elle tourne la plupart du temps autour du même tempo, tels que la House, la Techno, le Dubstep, la Drums and Bass et énormément d’autres styles de musiques. Ainsi, la « Drum and Bass » possède un tempo tournant la plupart du temps autour de 174BPM. Le mix se caractérise par l’intégration de deux morceaux, voire plus, au même tempo et par leur mélange. Nettement plus créative, cette manière de jouer est certainement la plus courante, bien que moins aisé sur des platines ou du vieux matériel ne possédant pas la synchronisation des tempos automatiques. Il y a également une notion de note qu’il faut prendre en compte, afin d’obtenir une harmonie optimale entre les deux disques.

Scratchs : Propre au Hip-hop, cette façon de jouer est la plupart du temps liée également au « passe passe » consistant à passer extrêmement rapidement d’un disque à un autre. Là également la plupart du temps le même tempo est présent. Une simplification est possible via des logiciels qui offrent la possibilité de mêler des points cue, des points de repères, accessible sur le système DVS avec les platines en particulier.

Comment bien apprendre à mixer sur platines : les bases indispensables

Avant de démarrer, il faut bien comprendre les deux points suivants :

L’intérêt des platines au niveau du mix : leur rôle comme outil pour le DJ.

Le fonctionnement précis des platines. Les platines vinyles ont leur spécificités propres à leur mécanique, tandis que les platines CD ont des options diverses qui pouvant nettement vous optimiser la tâche.

Pour les platines vinyles, le son obtenu est riche puisqu’il n’est pas compressé. Cela est notamment le cas pour le format MP3 par exemple. Pour ce qui est du toucher du vinyle, ce dernier est un atout de taille dans le but de contrôler aisément vos scratches ou vos manipulations rapides. Les restrictions des platines vinyles sont plus ou moins rapidement atteintes en fonction des modèles. Par exemple, sur les Technics, le pitch ne va pas à plus de 8 ou 12% tandis que d’autres modèles ont des pitches allant jusqu’à +/- 50% (au même titre que les Numark TTX).

Pour ce qui est des platines CD (individuelles) et double-lecteurs CD, ces dernières permettent de aisément graver ses titres et cela à moindre frais. De cette façon, vous pourrez enrichir très vite votre collection de disques. La plupart du temps, les platines CD sont munies de diverses options pertinentes telles que la fonction « Key lock » afin d’appliquer les différents principes du mix harmonique. Celle-ci donne la possibilité de modifier le tempo sans pour autant modifier la tonalité. Cela est par conséquent pratique afin de ne pas totalement dénaturer le son d’origine. D’autres fonctions peuvent aider à développer ses techniques de mix comme par exemple la possibilité de concevoir des boucles « à la volée » (ces « loops » durent 1, 2, 4, ou encore 16 temps…).

Ainsi, apprendre à mixer sur platines vinyles ou CD demande surtout de bien comprendre les différentes possibilités offertes, et c’est surtout à vous d’en tirer profit à votre manière !

Quels matériels faut-il utiliser ?

Il y a diverses possibilités : vinyle, vinyle encodé utilisé dans le but de jouer des mp3 (ou autres, Flac, Wav etc.) sur un disque, ce qui en fait un genre de maquette vierge. C’est une réelle révolution, même si les puristes vont plus se tourner vers le vinyle. Désormais, il y a des contrôleurs ainsi que la technologie DVS afin de pouvoir profiter de la synchronisation permettant de mixer au même tempo.

Pour ce qui est des platines, il faut savoir que le Graal est de posséder des Technicks MKII qui sont les uniques platines dotées d’un système d’aimant (et non pas à courroie) puisqu’ils ont conservé le brevet. Elles offrent la possibilité de parfaitement lancer le disque et de le freiner ainsi que de l’accélérer plus aisément. Cependant, elles sont de plus en plus coûteuses. C’est bel et bien le principal souci de cette méthode puisqu’il faut envisager quasiment 1000 euros par platine neuve et 500 euros pour une occasion. D’ailleurs, pour ces dernières, il est de plus en plus compliqué d’en dénicher. Les platines à courroie n’offrent quant à elles pas la possibilité de lancer le disque de façon correcte, ni de le caler. Ainsi, il faut par la suite acquérir des disques ou sinon une interface tel que Serato avec deux maquettes vinyle.

Bon à savoir : Vers quelle marque de platine DJ faut-il s’intéresser ?

Platines avec des vinyles classiques

La meilleure solution est de se servir des platines Technicks MKII avec des vinyles qu’il est possible de trouver dans le commerce. Le problème de cette méthode, qui est grandement appréciée par les puristes, est de ne pas toujours dénicher des morceaux en vinyle mais en mp3, Wave etc … Un autre souci s’avère être maintenance. Effectivement, il faut la plupart du temps modifier les saphirs. Même chose pour ce qui est des câbles ne tenant pas dans le temps, bien que ça soit un excellent matériel.

Une bonne table de mixage est également nécessaire. Cette dernière est la plupart du temps directement intégrée au contrôleur, ce qui est un réel avantage niveau tarif. Cependant, il faut faire attention aux matériels peu qualitatifs ! En effet, une table doit être capable de bien encaisser les chocs. En outre, assurez-vous que le Crossfader et les pistes puissent se changer.

Platines avec des vinyle encodés

Il faut posséder soit Serato, soit Scratch lives qui s’avèrent être deux interfaces qui offrent la possibilité de jouer des fichiers Mp3, Wav, sur des vinyles qui sont en réalité des maquettes faites de 1 et de 0, et offrant la possibilité du transcodage de la musique. De nos jours, il y a également avec Serato la technologie DVS qui émule les platines sur le logiciel Serato DJ. De cette façon, on peut profiter de la synchronisation automatique. Par contre la stabilité ne se révèle pas être sans failles. La plupart du temps, en soirée, il y a de gros soucis d’installation. Ce n’est pas le plus stable. Serato Dj l’est nettement plus et gère le DVS. Il faut également une bonne table de mixage DJ ainsi qu’un PC doté du logiciel Serato ou Tracktor, de préférence un portale pour des raisons pratiques.

Contrôleurs

Les plus connus puisque les moins coûteux. Ils offrent la possibilité de profiter d’une multitude de nouvelles fonctions mais permettent aussi de se servir de la synchronisation automatique nommée en anglais « Synch ». L’usage des points CUE est également extrêmement pratique : ils permettent de tagger vos tracks dans le but d’accéder rapidement à l’endroit souhaité. Pour ce qui est des platines CD, c’est la même méthode que pour les platines vinyle mais en CD.

Apprendre à mixer en se servant des techniques de mix fondamentales

Afin d’apprendre à mixer deux titres de manière correcte, il est primordial de parfaitement comprendre comment marche votre table de mixage, et la totalité de son potentiel. Vous avez diverses manières de gérer les volumes de vos titres de façon indépendante, c’est à vous de choisir la meilleure méthode selon votre style musical, votre maîtrise des faders ainsi que des potards des basses / médiums / aigus, et selon la « finesse » ainsi que la subtilité que vous désirez développer.

Certains genres musicaux s’avèrent être plus « progressifs » que d’autres, avec des évolutions continues et lentes (tel que la Trance par exemple). Ici, il faut par conséquent utiliser des techniques de mix « en longueur » tels que des fondus enchaînés aux faders, qui offrent la possibilité de transiter d’un titre à l’autre de façon extrêmement fluide.

À contrario, d’autres styles s’avèrent être plus « breakés » (comme par exemple le breakbeat ou encore le breakcore), ou dotés de structures musicales plutôt marquées et sèches. Dans ce cas, il est préférable de se servir de techniques de mix assez franches, tels que des « cuts secs » sur 1, 2 ou 4 temps musicaux. Typiquement, sachez qu’il est possible de mixer de cette façon sur les fins de patterns (boucles de seize temps), dans le but d’introduire le titre 2 dans le mix au fur et à mesure par exemple.

Apprendre à mixer en se basant sur des règles du mix harmonique

La théorie musicale appliquée au DJing permet d’aider à apprendre à mixer plus vite tout en bénéficiant d’un gain de qualité. Le « mix harmonique » se caractérise par le choix de vos titres en prenant en compte leur tonalité (et par conséquent les notes les composant), pour dénicher des « combinaisons harmoniques ». (Si vous désirez savoir comment connaître aisément la tonalité de vos titres même sans oreille musicale, nous vous recommandons vivement de jeter un œil à un cours sur l’apprentissage du mix harmonique).

Ces combinaisons vous donnent la possibilité d’enchaîner des titres beaucoup plus naturellement et plus fluidement que si ces derniers sont choisis de manière plus aléatoire. Dans divers cas, il peut même arriver de tomber sur des combinaisons surprenantes : deux morceaux qui vont parfaitement se mixer ensemble alors qu’à première vue vous n’aviez pas pensé une seule seconde. Apprendre à mixer de manière harmonique permet de profiter d’une simplification de la contrainte du calage tempo manuel, car il est nécessaire de se limiter à des titres ayant des tempos assez proches entre eux pour que ça marche. En outre, sachez que la marge de manœuvre possible sur les pitches étant restreinte par définition, vos tempos s’avèrent être plus simples et rapides à caler.

Divers conseils afin de s’entraîner à mixer

Dans le but de plus progresser, je vous conseille de garder les mêmes morceaux et d’effectuer l’exercice plusieurs fois en changeant le pitch de l’un ou de l’autre. De cette façon, votre cerveau pourra s’habituer aux sons de chaque disque et la gymnastique d’écoute sera de plus en plus aisée. Je vous recommande aussi d’effectuer cela de manière régulière (même tous les jours pour ce qui est du début), dans le but que vos oreilles ainsi que votre cerveau soient habitués.

En règle générale, si vous vous entraînez régulièrement à raison d’une heure minimum chaque jour, au bout de quinze à trente jours, vous pourrez normalement caler les disques sans aucun souci. Avec de l’expérience ainsi que de la pratique, vous pourrez même enchaîner de plus en plus vite avec une meilleure qualité. Prenez bien en compte que mixer les chansons au même rythme demeure la base afin de pouvoir passer à la suite du mix. L’entraînement est la clé !

Conclusion

Afin d’apprendre à mixer avec une plainte DJ, commencez tout d’abord par maîtriser le calage tempo « à l’oreille ». Énormément de DJs novices qui désirent apprendre à mixer passent totalement à côté de cette phase cruciale que représente le calage tempo manuel (« à l’oreille »). Notamment en se servant de façon abusive de la touche « SYNC » qui est présente sur la totalité des logiciels de mix (Virtual DJ, Traktor, Serato DJ etc.), et qui peut rapidement être un véritable piège à un apprentissage pertinent et sérieux. En outre, je vus conseille de ne pas vous servir de cette fonction durant votre apprentissage du mix.

Il est important d’apprendre à caler le tempo même si cela peut paraître embêtant. En effet, cela se révèle être purement technique et peut par conséquent être plutôt démoralisant au début, puisque vous pourrez par conséquent comprendre les différents fondements de base de votre genre musical. Vous pourrez découvrir plus profondément la façon dont sont structurés vos titres, pourquoi il faut mixer à tel instant plutôt qu’à un autre, et surtout vous pourrez vous passer de la synchronisation automatique (« SYNC »). En effet, cette dernière est loin d’être fiable à chaque coup (peu importe le logiciel DJ qui est utilisé).

Il faut savoir que cette phase du calage tempo à l’oreille est primordiale dans le but d’apprendre à mixer. N’hésitez pas à prendre des cours sur le web ou dans le monde réel. Par exemple, la formation DJ « Padawan » est spécifiquement prévue pour les novices. La méthode en sept étapes qui marche systématiquement (et avec la totalité des genres de matériel DJ) vous offre la possibilité de vous débarrasser du difficile calage tempo définitivement.

A lire par la suite : Platine Dj Pioneer XDJ RX

platine dj